Allemagne Hamburg, la belle du Nord

Hamburg, deuxième plus grande ville d’Allemagne et plus grand port du pays, la ville n’a pas à rougir face à Berlin, loin de là. On a même une légère préférence pour cette jolie ville portuaire et cosmopolite. Beaucoup moins touristique que sa grande sœur, on se laisse perdre facilement dans ses larges rues où se mélangent plusieurs époques d’architecture, ses cuisines du monde et tous ses gens venus d’ailleurs (ville de marins et dernière étape avant d’atteindre les pays scandinaves quand on voyage par la route).

Calme et décontractée, la ville semble vraiment agréable à vivre et propose un vaste choix de sorties culturelles, des squats artistiques aux grands musées. Mais ses plus grands atouts sont sans aucun doute ses nombreux espaces verts, lacs et canaux qu’on croise et qu’on traverse un peu partout dans la ville, sans oublier son très grand et magnifique port qui laisse planer une douce atmosphère de voyage sur la ville.

Nous avons découvert la ville en plein mois d’automne, juste avant l’ouverture des marchés de Noël, sous le brouillard et vent marin mais avec quelques heures de ciel bleu tout de même. Ce changement de météo nous a montré la ville sous différentes facettes, d’un magnifique couché de soleil automnale sur le port au brouillard très épais qui donnait une atmosphère mystérieuse à la ville, avec les rues qui s’estompent très vite au loin et les derniers étages des immeubles à peine visibles. Dans n’importe quel cas nous étions ébahis et admiratifs.

Hamburg c’est aussi le paradis des vegans et végétariens, un peu comme Berlin et la plus part des grandes villes allemandes. On y mange de merveilleux burgers et kebabs vegan, on y boit du Fritz Kola et autres sodas allemands aux produits plus naturels, on se réchauffe avec de bons chocolats chaud au lait de soja, on se rafraîchi avec la bière locale Astra et on y grignote des box de pommes de terre (mais pourquoi est-ce que ça n’existe pas partout ?! ♥) en marchant dans la rue.

Une grande ville du Nord un peu trop méconnue qui mérite pourtant autant d’attention que Berlin ou München. Pour nous ce fut le coup de cœur et on a plutôt hâte d’y retourner pour la re-découvrir sous d’autres saisons, d’autres températures et d’autres lumières.


Source : Wikipedia

Le port de Hamburg

Le Port d’Hambourg, Ou Hafen Hamburg en Allemand, est le plus gros port de commerce du pays et le troisième d’Europe, tout juste derrière celui de Rotterdam et Anvers. C’est un peu la visite incontournable pour tout séjour dans la grand ville portuaire, une découverte riche mais surtout un parcours très long, il faut compter plusieurs kilomètres de marche.

La visite peut démarrer depuis HafenCity, le plus jeune des districts (2008) de la ville dont le projet était de réaménager une ancienne partie du port et ses quelques centaines d’hectares situés au bord de l’eau. À deux pas du centre ville, ce nouveau district accueille l’Internationales Maritimes Museum, la Philharmonie de l’Elbe (encore en travaux lorsque nous y étions) et le célèbre quartier Speicherstadt.

Que ce soit sous un magnifique ciel bleu, un couché de soleil, sous la pluie ou le brouillard, le Port d’Hambourg ne cesse de révéler ses multiples facettes au détour de chaque rue, chaque canal. Par chance (ou pas), la météo fût très différente d’un jour à l’autre, nous donnant l’occasion de revoir le Port presque chaque jour sous un autre visage (oui, nous y passions souvent tellement on l’aimait ce Port).

Speicherstadt

Speicherstadt, qui signifie « ville des entrepôts » en allemand, est sans aucun doute l’endroit le plus connu et le plus photographier d’Hambourg. Cette zone d’entrepôts située en plein HafenCity regroupe des bâtiments construits entre 1883 et 1927, le tout est classé monument historique et inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis peu (2015). C’est le plus grand ensemble d’entrepôts au monde où sont stockés tout un tas de marchandises dites « de grande valeur » telles que du thé, du café, des épices, du cacao, de la soie ou encore des tapis d’Orient.

C’est typiquement l’endroit que je souhaitais visiter à tout prix (et photographier !), avec ses majestueux bâtiments de brique rouge, son architecture au style gothique, ses canaux, ses petites passerelles et autres ponts qui les traversent, ses couleurs et l’ambiance qui se dégage des murs. Nous avions de la chance, notre première visite en fin de journée fût couronnée d’un magnifique couché de soleil, nous dévoilant des couleurs encore plus folles.

On y a bien entendu refait un tour durant les jours suivants, redécouvrant notamment ce quartier sous un épais brouillard pour une ambiance encore plus sombre et mystérieuse.

Sankt Pauli

Sankt Pauli c’est la Reeperbahn, les clubs et ses fêtard·e·s, les sex-shops, la prostitution, les casinos, les spectacles, les concerts, les punks, les squats d’artistes et son célèbre club de foot, le FC Sankt Pauli. Un quartier qui prend vie essentiellement la nuit. À deux pas du Port, le quartier était à l’époque le repère des marins, squattant dans les nombreux bars et maisons close du coin. Aujourd’hui la population a bien changé, mélangeant artistes, étudiants et autres habitants du coin, en plus d’être devenu la visite incontournable pour les touristes.

Mais St. Pauli a toujours conservé son image de quartier alternatif et militant, renforcée par les valeurs du FC Sankt Pauli qui est un club de foot antifasciste, antiraciste, antihomophobe et luttant contre le sexisme, en plus d’être solidaire avec les habitant·e·s du quartier. Pour en savoir un peu plus sur ce chouette quartier, je vous invite à lire cet article qui résume assez bien l’histoire du quartier et son club de foot aussi sportif que politique.

Durant notre séjour ce fût l’endroit où nous dévorâmes de délicieux burgers et kebabs vegan. C’est aussi l’endroit où l’on se retrouvait souvent en fin de journée pour déguster un chocolat chaud vegan ou boire une Astra plus tard dans la soirée après de longues balades dans la ville. St. Pauli a ce je-ne-sais quoi d’attirant et agréable, une ambiance posée, des habitant·e·s engagé·e·s et fièr·e·s de leur quartier qui fait qu’on s’y sent bien.

Sous l’Elbe

Et si on passait sous l’Elbe ? Un peu comme à Londres et son tunnel piéton de Greenwich, Hambourg a son tunnel — Alter Elbtunnel ou Sankt Pauli-Elbtunnel en Allemand — qui passe sous le fleuve, reliant Sankt Pauli aux Docks. Le tunnel accueille essentiellement piétons et cyclistes mais on peut parfois y croiser une voiture, bien que le tunnel soit particulièrement étroit. D’énormes ascenseurs sont situés de chaque côté du tunnel et c’est par ses ascenseurs que les voitures accèdent au tunnel. La structure est assez impressionnante.

Il n’y a pas grand chose à voir de l’autre côté de l’Elbe, il y a essentiellement des entrepôts et autres chantiers navals mais c’est l’occasion de découvrir Hambourg sous une autre perspective et puis surtout de passer sous un fleuve ! =)

Neustadt

La Neustadt c’est le plein-centre d’Hambourg niché entre le Port et l’Alster et ressemblant à n’importe quel centre-ville : beaucoup de rues commerçantes, avec les mêmes boutiques que dans le reste du monde, une architecture très (trop ?) moderne et quelques vieilles pierres qui subsistent ici ou là.

Ce n’est pas forcément l’endroit le plus attirant de la ville mais on y retrouve ses habituels canaux se glissant entre les rues et quelques bâtiments vraiment intéressants d’un point de vue architecture. Celui qui se fait le plus remarqué est sans aucun doute l’Hôtel de ville (Hamburger Rathaus en allemand) qui est le siège du Parlement et du Sénat de la Hambourg. Son bâtiment de style néo-renaissance a été construit entre 1886 et 1897 sur les cendres de l’ancien City Hall brulé lors du grand incendie qu’a connue la ville en 1842.

Au loin nous apercevons l’Église Saint Nicolas, St.-Nikolai-Kirch en allemand, ou plutôt ce qu’il en reste. Le contraste en terme d’architecture est assez frappant : les ruines sont entourés de bâtiments modernes et transparents. De style néo-gothique, l’église fut le plus haut bâtiment du monde de 1874 à 1876 avec ses 147 mètres de hauteur.

Lorsque nous y étions les ruines étaient en rénovation et beaucoup d’endroits étaient donc inaccessibles. Aujourd’hui il s’agit surtout d’un mémorial et d’un repère architectural et géographique pour les habitant·e·s d’Hambourg. Il est vrai qu’on l’aperçoit très facilement et d’un peu partout dans la Neustadt.

Autour de l’Alster

Du quartier populaire et animé St. Georg à la tour Heinrich-Hertz, en faisant un petit détour par les chemins de terre le long du lac Alster, cette journée épuisa nos jambes. Mais encore une fois elle fût riche en découvertes : nature, architecture et street-art, rien que ça.

Nous sommes d’abord partis à la découverte du quartier où nous avons posés nos sacs, le quartier St. Georg. Situé à deux pas de la gare, les rues sont plutôt agitées, avec beaucoup de passage et énormément d’épiceries en tout genre. J’aime bien ce genre de quartier où les cultures se mélangent, où l’on peut goûter à toutes les cuisines du monde et croiser de nombreux cafés où les habitant·e·s du quartier aiment se retrouver.

Alster

Un peu plus loin nous découvrons le lac artificiel Alster alimenté par la rivière du même nom qui se jette dans l’Elbe. Le lac est en deux parties : le Binnenalster (Alster intérieure) et Aussenalster (Alster extérieure). La deuxième partie est particulièrement grande, on pensait pouvoir faire le tour mais quand nous avons vu que cela faisait plus de 8km pour effectuer le tour, nous avons rebroussé chemin. Ce sera pour une autre fois sous un beau ciel bleu. Cependant le parcours doit être très agréable pour une course à pied (on y croise d’ailleurs énormément de coureurs·euses).

Balade en bateau et sport nautique (voile, pédalo…) sont autorisés sur les deux parties du lac mais à part les oiseaux nous n’apercevons aucune silhouette de bateau sous la pluie. Il parait même qu’on peut se balader et y faire du patin à glace en hiver, si le lac est suffisamment gelé.

Au loin nous apercevons timidement la tour Heinrich-Hertz, noyée sous un nuage de pluie.

Gängeviertel

Sur le chemin nous tombons dans le quartier de Gängeviertel où artistes, militants d’extrême-gauche et sympathisants ont élu domicile en 2009 dans ces immeubles abandonnés pour lutter contre les projets de réaménagement de la ville de Hambourg et réclament un espace de création libre en plein cœur de la ville. Ce sont les derniers vestiges de l’ancien quartier ouvrier de la Neustadt.

Plus vivant que jamais, le quartier de Gängeviertel propose de nombreuses expositions, des concerts et des cafés gérés par des bénévoles. Pour en savoir un peu plus sur l’histoire de ce quartier, ses revendications et son avenir, je vous invite à lire l’article Le quartier Gängeviertel à Hambourg, Liberté d’action.

Par respect pour ses habitant·e·s, j’ai pris très peu de photos mais la découverte de ce merveilleux quartier vaut bien le détour. Pour les amateurs·trices de street-art, il y a beaucoup de choses à voir également dans les rues voisines.

Heinrich-Hertz-Turm

Après moultes déambulations, nous arrivons au pied de la tour Heinrich-Hertz. On retrouve à proximité les parcs Planten un Blomen et Alter Botanischer Garten où l’on peut découvrir tout un tas de jardins différents tel qu’un jardin japonais, un jardin apothicaire, des serres abritant des plantes tropicales ou encore un jardin des roses. La visite de ces nombreux jardins peut prendre du temps. C’est d’ailleurs en rédigeant cet article que je me rend compte que nous avons zapper toute une partie du parc, dommage. On s’y baladait un peu au grès de nos envies, sans trop réfléchir.

Le parc a son site internet : plantenunblomen.hamburg.de

Quand à la tour, il s’agit rien de plus… qu’une Fernsehturm (tour de télévision) qu’on retrouve assez régulièrement dans les grandes villes allemandes.

 

Hambourg — Strasbourg

Notre week-end se termine bien évidement par un dernier petit tour sur le Port tout embrumé, un dernier plat vegan (chez Loving Hut), épicé mais délicieux, et une dernière balade presque digestive dans les jolies rues d’Hambourg avant de sauter dans le train puis l’avion en fin de soirée. Retour au boulot dès le lendemain, avec pleins de beaux souvenirs et ce petit air marin qui nous colle encore un peu à la peau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *